"Ce départ précipité à l'anglaise [...] ressemblait fort à un enlèvement : il ne nous dit rien qui vaille. Soumis à l'influence directe de Rimbaud, en pays étranger, sans contrepoids, nous crûmes Nouveau perdu, ou n'en valant guère mieux."

Jean Richepin, La Revue de France, 1927.

Pour son second séjour, avec Germain Nouveau, son adresse fut 178 Stamford Street, bien loin des communards cette fois-ci. Au cours de ses promenades dans Londres, Rimbaud découvre avec admiration les docks, le "subway", alors exclusivement piétonnier, ainsi que le chemin de fer souterrain (Metropolitan Railway), inauguré en 1863 et qui plonge les rues dans un brouillard sombre.

.

"...Rien à perdre dans la disgrâce (le malheur)

Les jeunes grandissent dans l' indicipline

Les adultes cultivent des rayons

Dans les regards

Eux connaissent les noms de la liberté

Notre thème perturbant,

Qui anime l'air..."

Angye Gaona

La poète colombienne Angye Gaona accompagnée par le guitariste Pablo Jiménez, au Club des poètes, le 22 décembre 2018.

"Ce sont des villes ! C'est un peuple pour qui se sont montés ces Alleghanys et ces Libans de rêve !

Arthur Rimbaud, In "Villes I"

26 mars 1874. Une lettre de Germain Nouveau à Jean Richepin nous apprend que Rimbaud séjourne à Londres à cette date et que les deux poètes ont loué ensemble "une room dans Stamford street dans une famille dont le bon jeune homme, qui sait un peu de français, converse tous les jours une heure avec nous, dans le but qu'il se perfectionne".

4 avril.

"Atención: Performance por la rebelión en Colombia, con Pablo Jiménez."

Vendredi soir, 14 décembre, soirée exceptionnelle au Club des poètes qui accueillera la poète colombienne de renom, Angye Gaona, qui a été recommandée à Blaise Rosnay par la poète et journaliste argentine Cristina Castello. Elle sera accompagnée par un musicien. La première partie de la soirée sera donc consacrée à la poésie d'Amérique Latine.

Club des Poètes

30 rue de Bourgogne 75007 Paris, — 01 47 05 06 03 — http://www.

« Je crois qu’un jour le poète sera de nouveau le créateur, le faiseur au sens antique. J’entends qu’il sera celui qui dit une histoire et qui la chante. »

Jorge Luis Borges

La poésie ne serait que cela : cet instant par lequel toute la mémoire admet de se taire, pour laisser place au jaillissement. De l’image. De l’éclair. La collision, la collusion. Ça ne renonce ni aux traces ni aux souvenirs. Ça n’abandonne rien ni personne en route. Mais ça recommence.

Mémorial des peaux rouges

“Nous ne traversons pas des frontières, les frontières nous traversent.”

Parole amérindienne

Lettre ouverte aux salopards qui pourrissent la vie sur terre 

et à leurs complices affairiste

Vous me demandez mon nom, mon âge, mon adresse, mon sexe, mon métier ...etc... Vous me demandez encore d'adhérer à des objectifs ambitieux, des programmes obsolètes, à votre désir nivellateur que nous soyons semblables. Justice, égalité et liberté programmées.

(Enseignement merveilleux des Lakotas)

“On voit mon souffle monter 

Et je marche 

Vers cette nation (du bison) 

Je suis en marche, 

Et 

On entend ma voix. 

Je marche. 

On voit mon souffle monter 

Et je marche. 

Cette chose rouge, sacrée, 

C'est pour elle que je marche.”

Quand Femme Bison Blanc (Ptesan Win) vint aux tribus Lakotas, elle apporta la Pipe il y a plus de 30 000 ans, La Pipe sacrée (ou calumet de la paix) fut apportée et offerte par Ptesan Win.

Un poète citoyen du monde (Jose Muchnik) s'adresse aux dirigeants de la planète et son verbe cogne vraiment dur aux tympans blindés de ces marchands de malheur:

…/...

Dès que le groupe surréaliste prend forme, Péret l’emmène au Certa , bar aujourd’hui disparu du passage de l’Opéra, où Breton réunissait ses nouveaux partisans. On s’y livre à des expériences d’écriture automatique, notamment sous hypnose. Très vite, Robert Desnos prend une importance singulière, à cause de son admirable (et inattendue) capacité à s’endormir et à dicter des poèmes pendant son sommeil.

Un film de Danilo Roldan (en castillan argentin):
Chargement en cours